AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Au clair de lune.. » (PV. Sett)

Aller en bas 
AuteurMessage
Hope Wellington

avatar

Localisation : Dans les environs de Renton Valley..
Emploi : Lycéenne
Humeur : Malicieuse ;]
Messages : 239

Fiche personnage
Age du personnage: 17 ans
Don (vampires): Bouclier, peut se protéger et protéger autrui d’attaques mentales
Relations:

MessageSujet: « Au clair de lune.. » (PV. Sett)   Dim 13 Déc - 20:21

Installée dans le grand canapé confortable qui se trouvait près de la baie vitrée de sa chambre, Hope Wellington écoutait les bruits de la nuit, ayant ouvert la fenêtre pour profiter de l’air frais de la nuit tombante. Ses grands yeux ouverts et fixés sur un cadre accroché au mur en face d’elle, la jeune femme pensait à bien des choses.
L’une d’elle se trouvait être l’envie de se rassasier. Hope n’avait rien bu depuis plusieurs jours, et sentait bien que la véritable soif commençait à la gagner. Ayant réprimé ce besoin de « nourriture » depuis un peu trop longtemps, elle se décida enfin à aller faire un tour en forêt.

Elle partit donc se changer, histoire d’enfiler une tenue de chasse appropriée, car tacher cette nouvelle jupe de sang ne disait rien de plus que cela à la jeune femme. Car oui, Hope était un vampire très coquet, et adorait les virées shopping et tout ce qui s’y rattachait. Elle aimait donc passer du temps en ville, à courir les magasins en compagnie souvent de Done, entre autres.
Son passage éclair dans la salle de bain de prit que quelques minutes à la jeune femme, car ne l’oublions pas les vampires sont dotés d’une capacité de vitesse assez impressionnante.

Quittant la grande maison des Wellington, Hope s’engagea dans l’allée assez bien dissimulée derrière les arbres qui menait à la route principale menant vers Renton Valley. La famille Wellington avait volontairement choisi de vivre un peu à l’écart de la ville, car même intégrés à la population il était plus simple de vivre « cachés », pour faciliter les allées et venues entre les nombreuses « parties de chasse » des membres de la famille..

Arrivée dans un coin de la forêt qu’elle appréciait particulièrement, Hope arrêta sa course. Elle se trouvait près d’une petite clairière, encore dissimulée par les arbres. Cet parcelle de forêt regorgeait de cerfs, biches, et autres proies faciles et au goût satisfaisant selon la jeune femme. Elle se demandait d’ailleurs souvent pourquoi ces animaux restaient là, alors qu’ils étaient régulièrement traqués par les vampires des environs.. La loi de la nature, certainement, pensait-elle.

Ayant entendu des craquements non loin d’elle, Hope s’approcha, faisant moins de bruit que le souffle du vent encore. Elle avait cette façon de se déplacer d’une démarche aérienne et, il faut l’avouer, plutôt gracieuse. Sans aucune difficulté, elle se jeta sur sa proie, qui se trouvait être une biche de taille raisonnable, et la tua aussi légèrement qu’on caresserait la joue de quelqu’un. La créature vidée de son sang, et la jeune femme satisfaite, elle décida de prendre le chemin du retour.

La nuit était maintenant complètement tombée, mais aucune étoile ne paraissait dans le ciel sombre. Déjà sortie de la petite clairière, Hope s’arrêta net.
Elle avait perçu un bruit non loin d’elle, mais celui là n’était pas le fait d’un animal..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sett

avatar

Localisation : Va savoir...
Emploi : T'emmerder le plus possible, ça compte ?
Humeur : Exécrable, comme d'hab'
Messages : 209

Fiche personnage
Age du personnage: 22 ans
Don (vampires): Perçoit les relations entre les gens
Relations:

MessageSujet: Re: « Au clair de lune.. » (PV. Sett)   Lun 14 Déc - 0:56

Faim. Il avait très faim. Ou plutôt, il avait soif. Seuls ceux de son espèce auraient pu comprendre à quel point cette sensation est dévorante, à la limite de la douleur… Néanmoins, Sett avait attendu assez longtemps pour que ce soit vraiment douloureux. La souffrance lui tordait les tripes, tournait violemment dans son estomac et donnait l’impression de vouloir finir son satané tour de montagnes russes par ses yeux. Put*** de journée. En fait, depuis qu’il était devenu un vampire, sa vie était devenue un enfer. Drôle quand on sait que les vampires sont censés être immortels… Ouh là, quand il commençait à lancer des vannes pourries dans sa propre gueule, ce n’était vraiment pas bon signe. Il se passa la main dans les cheveux, nerveusement, et jeta un regard sur la ville en contrebas.

Cette vision était tout simplement atroce. C’est comme si vous mettiez un prisonnier mort de faim juste devant un riche festin, tout en lui disant que s’il y touche, il n’est qu’un monstre sanguinaire… Uuh… je dois avouer que la comparaison est difficile à comprendre pour les simples humains. Après tout, il n’y en a que très peu qui culpabilisent quand ils mangent une vache. Vous ne vous sentez pas dégoûté de vous-même, parce que vous ne comprenez pas le sentiment de la vache, après tout vous n’en avez jamais été une… Mais Sett, lui, avait été humain. Et se nourrir de ses anciens compatriotes le révoltaient. Cependant, il n’avait jamais envisagé d’autres solutions que de se tuer. Son existence-même lui était insupportable. Normal, vous avez vu comment il se comporte ?! Pas étonnant qu’il ne puisse plus se supporter…

Détournant son regard de son garde-manger –enfin je veux dire– de la ville, Sett fit craquer tous ses doigts, un à un, essayant de trouver une activité que lui ferait oublier sa soif. Compter les lumières de la ville ? Bof non, il l’avait déjà fait hier soir et s’était lassé après la deux-cent quarante-troisième… Arracher l’écorce des arbres ? Non merci, la dernière fois des fouilles ont été organisées pour découvrir l’énorme ours qui aurait dû être à l’origine du phénomène… Comme d’habitude, Sett était totalement vulnérable à la plus dangereuse des armes contre les vampires : l’ennui. Et vu celui qui l’habitait à l’instant, il était devenu une véritable arme de destruction massive ! Il fit un petit bruit méprisant de la lèvre. Pas besoin de l’ennui pour être aussi ravageur qu’une bombe nucléaire. Son humeur massacrante y arrivait déjà très bien.

Et où était Aaron d’abord ? Sett imaginait bien cet enfoiré encore en train de s’amuser avec une jolie petite humaine. Il arrivait à retenir sa soif juste assez longtemps pour tromper Anna pour la xième fois. Y’en avait qui en avaient de la chance… Le vampire maniaco-dépressif ici présent, pour sa part, n’y parvenait qu’à peine. Et comme il est toujours sur ses crocs –c’est le cas de le dire-, généralement ses proies avaient juste le temps de dire « Mais qui êtes-vo… ». Et puis alors Sett passait une demi-heure à se lamenter sur son existence absurde, le but de sa vie, et à réfléchir à un nouveau moyen d’en finir avec la vie. Et puis ça recommençait. Il se laissait mourir de soif, attendait jusqu’à ce que sa limite soit atteinte et puis se jetait férocement sur le premier humain lui adressant la parole. Franchement, même lui se trouvait stupide.

Soudain, il la sentit. Mais oui, c’était bien une odeur de sang. Sans s’en rendre compte il avait bondi sur ses pieds et reniflait l’air avec délectation. Mais la fragrance n’avait pas la même attraction que celle d’habitude. Oui, c’était très clair maintenant : ce n’était pas du sang humain, mais du sang animal. Mais qui tuerait un animal à cette heure-ci ? Ses pauvres neurones n’eurent aucun mal, pour une fois, à faire le lien avec sa mémoire. Mais oui, ça devait être un de ces vampires bizarres qui copinaient avec les humains et mangeaient juste du sang d’animaux ! Qui sait ? Cela pouvait peut-être même être sa belle inconnue ?! Sett ne réfléchit pas plus (il n’a pas trop l’habitude non plus, le pauvre) et se mit à courir vers la clairière, où il sentait que sa cible se dirigeait. Grâce à la vitesse vampirique, l’un des rares avantages que trouvait Sett à sa nouvelle condition, il atteignit rapidement la destination. Mais à travers les arbres, ce ne fut pas la silhouette de sa belle inconnue, devenue si familière dans son esprit, qu’il vit.

C’était une femme plus petite, mais possédant la beauté si parfaite des vampires. Ses longs cheveux châtains retombaient en larges boucles sur ses épaules, captivant par leur apparente douceur. Quant à sa tenue, même si elle était de circonstance pour l’activité sportive de la chasse, elle ne faisait que rehausser le corps aux courbes élégantes de la jeune femme. Sett la trouva jolie, mais ayant tellement d’autres vampires, il n’eut pas non plus envie de se jeter à ses pieds et de lui baiser les pieds… Le jour où cela lui arriverait, il faudrait qu’il ait fumé beaucoup plus qu’une simple cigarette ! Il la suivit de loin, curieux de voir à quoi ressemblait la chasse d’un végétarien, jusqu’à ce qu’elle s’arrête soudainement. Le vampire regarda ses pieds et vit la branche qui s’était brisée sous ses pas. Se sachant découvert, il sortit nonchalamment de la couverture des arbres, s’exposant face à la vampirette sans honte.

Ce soir, il portait des vêtements d’une bonne facture, cadeau récent d’Aaron. Chemise blanche sous une veste bleue foncée de facture élégante, avec un jeans tout ce qu’il y a de plus banal, mais qui lui donnait un petit côté cool et détendu. Même si ce n’était pas du tout le cas. Ses cheveux étaient coiffés sagement, c’est-à-dire qu’ils avaient enfin rencontré un peigne valable qui avait réussi à faire son chemin à travers la jungle capillaire… Ses yeux rouges étaient encore plus brillants vu la soif qui le taraudait cette nuit. Alors qu’il sortait un paquet de cigarettes de sa poche, il en porta une à la bouche tout en lançant à la femme :


« Ce n’est pas toi que je voulais voir… Tanpis. »

Et d’allumer sa cigarette, puis d’en exhaler l’âcre première bouffée de fumée. La cigarette siégeant dans sa main après avoir encore soufflé la fumée, Sett posa un regard moqueur sur la femme.

« Alors, on vient pour cueillir dans son potager, la végétarienne ? »

Tout cela lancée d’un air méprisant et hautain. Rien de tel pour donner envie de lui fracasser la tête. Mais après tout, tout le monde réagissait différemment en face de Sett, même si une haine commune les ralliait tous. Le vampire s’adossa contre l’arbre, se disant que finalement, il avait peut-être trouvé une activité pour oublier sa soif. Quelque chose lui disait qu’il allait bien s’amuser…

___________________

Do you want to know me ?
» ♥️ « » ☠️ «


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hope Wellington

avatar

Localisation : Dans les environs de Renton Valley..
Emploi : Lycéenne
Humeur : Malicieuse ;]
Messages : 239

Fiche personnage
Age du personnage: 17 ans
Don (vampires): Bouclier, peut se protéger et protéger autrui d’attaques mentales
Relations:

MessageSujet: Re: « Au clair de lune.. » (PV. Sett)   Lun 14 Déc - 23:01

Un léger craquement de branchage non loin derrière elle fit stopper la jeune femme. Elle n’eut pas besoin de se retourner ; son odorat hyper développé de vampire lui suffisait à deviner la nature de la créature qui se trouvait encore dissimulée des arbres bordant la clairière.
Hope savait pertinemment que cette odeur particulière était celle d’un vampire. Mais lequel ? La fragrance qu’il dégageait ne rappelait rien de connu à la jeune femme. Il ne s’agissait donc pas de l’un des Wellington ou des Davis, dont elle aurait reconnu l’odeur sans douter entre mille, les fréquentant à longueur de temps.
Non, cette odeur là ne lui était pas familière… Etait-il possible que le vampire qui se tenait à peine quelques mètres derrière elle soit une de ses créatures sanguinaires qui s’étaient établies dans la région ? Hope ne les avait encore jamais croisées, mais en avait cependant beaucoup entendu parler.
Elles étaient un problème pour les Wellington et les Davis. Depuis leur arrivée, la rubrique « meurtres et disparitions » du journal local n’avait jamais été aussi longue… Voilà ce que cela coûtait de ne pas choisir le même « régime alimentaire » que la famille de la jeune femme…
Cela posait un véritable problème aux deux familles, car alors que les soupçons et les interrogations des habitants de Renton Valley se dissipaient, voilà que les rumeurs se répandaient à nouveau… Il faut avouer que les vampires n’inspiraient pas la sympathie des habitants de prime abord en général, étant assez mystérieux dans leur genre…

Hope n’eut pas à attendre longtemps avant de se rendre compte de l’identité de l’individu qui la suivait. Le vampire inconnu sortit de lui-même de la pénombre d’entre les arbres.
Il était plutôt grand, sa silhouette assez mince et élancée se découpait dans l’ombre de la nuit. Il avait les cheveux d’une longueur plus que raisonnable, et de teinte foncée à n’en pas douter. La vision parfaite de la jeune vampire ne pouvait pas la tromper : les prunelles de l’ « homme » qui se dressait à présent face à elle étaient d’un rouge sang. Un rouge brillant, qui trahissaient la soif de sang humain du grand brun. C’était donc bien un des nouveaux vampires de la région... Alors c’était à ça qu’ils ressemblaient, ceux là ? Hope pensa qu’il n’était pas mal habillé, pour un « exclu » de la société... La cigarette au coin de la bouche, la jeune femme trouva qu’il affichait un air quelque peu dédaigneux… Il ne manquait pas d’air celui là ! Elle fronça légèrement les sourcils, laissant paraître sa méfiance envers ce nouveau venu. Après tout, les vampires de sa catégorie, Hope en avait rencontré plus d’un dans sa déjà longue existence en tant que telle, et ils étaient rarement fréquentables… Serait-il l’exception qui se démarquerait du lot ? A l’heure qu’il était, Hope en doutait fortement.

« Ce n’est pas toi que je voulais voir… Tant pis. » Lui lança-t-il. Hope n’en croyait pas ses oreilles, pourtant très fiables, ses sens de vampires ne la trahissant jamais. Ce jeune homme venait bien de lui dire que ce n’était pas elle qu’il s’attendait à rencontrer ? La moue de la vampire se transforma légèrement, devenant inquisitrice. Elle avait peur de ne pas comprendre.. Cherchait-il quelqu’un ? Elle ne releva donc pas sa remarque, et resta immobile, le fixant sans ciller.
« Alors, on vient pour cueillir dans son potager, la végétarienne ? » Demanda t-il d’un ton hautain, presque provocateur, comme le ressentit Hope. Voulant sa réaction modérée, la jeune femme haussa simplement le sourcil droit, histoire de montrer son agacement. Pour qui se prenait-il ce vampire ? Ah oui, pensa-t-elle, ce genre de vampires avait légèrement tendance à oublier qu’à part le « régime » qui différait, les « carnivores » et « végétariens » étaient exactement les mêmes, et absolument rien n’aurait empêché Hope de lui tordre le cou à cet instant.


« Que fait une créature de ta trempe dans le coin ? Il n’y a pas d’humain à égorger, que je sache.. » Rétorqua-t-elle sèchement, tachant de ne pas montrer l’empathie qui la gagnait à l’égard du vampire. Il n’avait l’air de rien de plus qu’un de ces traqueurs qui s’amusaient avec leurs victimes, un type méprisant et provocateur. Et c’est à cause de ces créatures que les habitants de la région se méfiaient des Wellington. Hope se trouvait pourtant, ainsi que toute sa famille, tellement différente de ces brutes.
Elle crut apercevoir un léger sourire en coin aux lèvres du vampire. Cela ne la fit pas réagir cependant, Hope étant totalement imperméable aux provocations.

« Et tu t’attendais à tomber sur quoi, à part quelques cerfs ou un de ces loups puants, j’peux savoir ? » Tout cela dit sur un ton qui se voulait aussi moqueur que celui du jeune homme, mais de ce côté, la voix chantante de Hope ne s’y prêtait pas franchement. Elle laissa échapper un petit rire discret, mais audible pour toute créature aux sens un peu plus développés que ceux de simples humains…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sett

avatar

Localisation : Va savoir...
Emploi : T'emmerder le plus possible, ça compte ?
Humeur : Exécrable, comme d'hab'
Messages : 209

Fiche personnage
Age du personnage: 22 ans
Don (vampires): Perçoit les relations entre les gens
Relations:

MessageSujet: Re: « Au clair de lune.. » (PV. Sett)   Mar 15 Déc - 21:40

Dès qu’il sortit de sa « cachette », Sett sentit un regard avide le détailler. Normal de vouloir ainsi le mater, vu sa beauté parfaite. D’accord, elle était commune à tous les vampires, mais même chez eux, certains plaisaient toujours plus que d’autres. Et puis, avouons-le, Sett ne rentrait pas dans le cliché « méchant vampire sanguinaire qui ne fréquente plus les humains ». Certes, il ne lui arrivait plus que très rarement de se balader en compagnie de la gente humaine, soif oblige, mais sa propreté et son style démentait un certain délaissement dû à sa solitude. Ben quoi ?! Parce qu’on ne se balade plus en rue, il aurait dû avoir l’air d’un vieux vagabond, un SDF à la recherche d’une nouvelle boîte en carton dans laquelle se loger ?! Non, mais oh ! Et ce sont les végétariens qui prétendent avoir une vision plus altruiste du monde… Mais si on pouvait être étonné du look de Sett, il fallait voir celui d’Aaron, ou d’Anna. Eux, on aurait dit qu’ils étaient habillés pour aller faire la fête, toujours sur leur 31. À côté d’eux, Sett avait presque l’air… normal.

Devant l’air méprisant de Sett, le jeune vampirette fronça les sourcils. Réaction typique. Néanmoins, elle ne dit rien, ce qui surprit positivement le vampire. D’habitude, la plupart des gens lui faisaient déjà une remarque, lui demandant de baisser son regard ou de changer d’attitude, cela évidemment d’une façon plus ou moins polie selon son interlocuteur… Bien que la tendance soit plutôt vers le vulgaire que vers la politesse. Mais Sett ne se laissa pas abattre, au contraire, une étrange excitation l’envahit : si elle savait résister à son regard, comment réagirait-elle au reste ? L’homme eut l’irrémédiable envie de le savoir… De savoir jusqu’où son adorable masque impassible lui résisterait. D’impatience, Sett ajusta sa veste. Il avait besoin d’occuper ses mains pour cacher son enfièvrement que l’idée du nouveau jeu lui procurait.

Lorsqu’il balança la première phrase, l’homme observa attentivement son visage, à la recherche du moindre signe d’irritation. Mmh… Il adorait voir cette petite lueur d’incompréhension, si fugitive, qu’il n’avait eu la chance de voir que parce qu’il avait tendu tous ces sens –vue, odorat,…- dans ce but. Mais elle ne répondit pas à sa phrase, même si elle semblait bouillonner de questions. Son visage devint plus sérieux, recherchant des réponses à ses questions rien qu’en le regardant. Mais lui, il ne fit que lui renvoyer son sempiternel effroyable regard qui tue. Nan mais qu’est-ce qu’elle croyait ? Que les réponses étaient affichées sur son front ? Et bien non, mademoiselle, à part la raillerie, rien n’était visible sur son visage tout simplement impénétrable. Ses véritables intentions, ses sentiments, son histoire… Tout était caché dans un petit coffre, relégué dans un coin de son cerveau, et aussi peut-être trouveriez-vous encore quelques lambeaux de son cœur, traînant ça et là, déchiré par les événements qui l’ont accablé. Ne croyez pas pouvoir vous en sortir aussi facilement, ma belle…

Ooooh… Magnifique ! Une telle expression, sur ce beau visage… C’était tout simplement jouissif. La courbe de ce sourcil, légèrement plus haut que son voisin, et cette petite moue ennuyée … Non, il n’y avait pas de meilleur moyen de passer son temps que d’emmerder les autres. C’était comme si Sett pompait toute leur patience pour se l’approprier, pour faire disparaître tous ses petits tracas. Il était le plus terrible des vampires : non seulement il se nourrissait de sang, mais en plus, il pompait l’énergie de ses victimes… On pourrait se demander alors ce qui était le pire. Beaucoup vous diraient sans la moindre hésitation… Le deuxième cas.

Mais c’est qu’elle n’était vraiment pas contente la demoiselle, se dit un Sett devenant de plus en plus goguenard. C’était peut-être honteux à dire, mais l’homme s’amusait de plus en plus. Cela ne se traduisit que par un discret sourire, qui pinçait en même temps sa cigarette de retour à ses lèvres. Lui aussi haussa les sourcils, mais ce ne fut que la traduction d’un certain sarcasme qui avait traversé son esprit à cet instant. Ben non, il n’y avait pas d’humain. Tout le monde ne pouvait pas se contenter de boire du sang d’animal. Ça n’avait même jamais traversé l’esprit de Sett. Il trouvait cela tout simplement… répugnant. Rien que l’odeur déjà, c’était à la limite de l’écœurant. Remarque, l’odeur du sang qui maculait les vêtements de la vampirette ne suffisait pas à camoufler son odeur… des plus agréables de surcroît. Une conséquence de leur régime ? C’était une odeur plus particulière, plus proche… de celle des arbres et des plantes. Quand il sentait Aaron, il avait l’impression de sentir la ville, les lourdes senteurs des parfums très chers… Comme si notre lieu de chasse nous collait sur la peau. Mais après tout, l’odorat différait d’une personne à l’autre. Sett se demandait ce qu’il sentait. Peut-être n’avait-il que l’odeur de la tristesse, seul point commun entre toutes ses proies…

On s’essayait à la moquerie ? Mais cela n’allait pas du tout à la demoiselle et à sa voix si mélodieuse ! Non, il fallait plus d’ironie, moins de moquerie dans ses paroles. Cela s’apprenait avec les années, certes, mais vu les paroles lancées par la vampire, elle avait tout de même assez de répartie pour que cela lui vienne assez naturellement. Avec le temps, il pourrait en faire une experte en la matière… Sa rêvasserie fut interrompue par le rire de sa victime du moment, lâché discrètement, mais néanmoins assez ouvertement pour que n’importe qui, ayant un tant soit peu d’oreille, puisse l’entendre. En temps normal, cela aurait agacé Sett. Mais ici, actuellement, dans l’esprit du jeu complètement débile qu’il avait inventé, cela ne fit que pimenter le défi. Ne se déparant pas de son sourire à la « je sais que vous avez envie de me tordre le cou, mais je m’en fous », Sett s’approcha de la jeune femme pour se trouver maintenant quasiment en face d’elle, à un mètre de distance.


« Je m’ennuyais… Alors je cherchais un jouet. Plus besoin, maintenant, je viens de le trouver. »

Pitié, que quelqu’un lui arrache cet horripilant air si sûr de lui qu’il affichait si ouvertement ! C’était quelque chose qui faisait partie de son charme… et qui le détruisait à la fois. Mais actuellement, on n’aurait su déterminer de quel côté la balance penchait. Il souffla la fumée dans le visage de son interlocutrice, puis sourit de nouveau. Et maintenant ? Comment allait-elle réagir ?

« Mais si tu ne m’amuses plus, je pourrais avoir envie de me chercher un casse-croûte nocturne… »

Mensonge éhonté, Sett avait envie de tout, sauf de faire ça. Mais dans l’unique but de susciter une réaction, il cherchait un sujet sensible, capable de la provoquer. Il voulait atteindre ce but qu’il s’était fixé depuis maintenant si longtemps. La vampirette serait-elle capable de combler ses envies ? Après tout, ils étaient très nombreux dans son clan, bien plus que la normale, sans compter la présence de l’autre clan végétarien… Qui sait ? C’est avec son plan en tête, que Sett poursuivit :

« J’ai bien envie de savoir quel goût ont les lycéens de la région. »

Ses pupilles rougeoyantes apportant une sincérité à ses paroles, il la fixa dans les yeux. Il se demandait ce qui allait se passer, maintenant...

___________________

Do you want to know me ?
» ♥️ « » ☠️ «


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hope Wellington

avatar

Localisation : Dans les environs de Renton Valley..
Emploi : Lycéenne
Humeur : Malicieuse ;]
Messages : 239

Fiche personnage
Age du personnage: 17 ans
Don (vampires): Bouclier, peut se protéger et protéger autrui d’attaques mentales
Relations:

MessageSujet: Re: « Au clair de lune.. » (PV. Sett)   Lun 21 Déc - 0:30

L’effet moqueur qu’avait recherché Hope semblait ne pas avoir été reçu de la manière souhaitée par la jeune femme. Au contraire, il semblait amuser le vampire plus qu’autre chose. Celui-ci s’avançait à présent vers elle, d’un pas visiblement assuré.
Hope se posa alors une question. Ce vampire, sorti tout droit de nulle part, et dont elle ne connaissait nullement les intentions… Que se passerait-il si cette fraiche rencontre venait à tourner au vinaigre ? Elle avait beau être un vampire à la force surnaturelle, et être vive et agile, elle ne pensait pas faire le poids seule face à l’ « homme » qui se tenait là. Elle s’était déjà battue, certes, mais cette fois, le vampire était bien plus grand, et assurément plus musclé, cela va de soi. Hope pensa alors qu’elle se sentirait mieux si ses frères avaient décidé de trainer dans le coin… Enfin, elle essaye de chasser ces pensées désagréables de sa tête, et regarda de nouveau le vampire.
Fixer de cette façon ses prunelles d’un rouge flamboyant provoquait chez elle une sensation étrange. Et si c’étaient ses yeux à elle qui avaient cette couleur ? Qui, ou plutôt quel genre de machine à tuer serait-elle si elle n’avait pas fait le choix de ne pas tuer d’humains ? Vivrait-elle alors avec les Wellington ? Certainement pas. Si elle avait fait ce choix, Sophia & Mark l’auraient laissée seule, face à sa condition d’immortel sanguinaire, au lieu de faire d’elle leur « fille » aimée. Elle n’aurait d’ailleurs pas connu ses frères et sœurs, et cette vie « confortable » qui était à présent son quotidien, et ce pour l’éternité… Non, elle avait fait le bon choix, c’était certain.
« Je m’ennuyais… Alors je cherchais un jouet. Plus besoin, maintenant, je viens de le trouver. » Avait-elle bien compris ? Un jouet ? Une lueur de surprise passa alors certainement dans le regard de la jeune vampire, mêlée d’une pointe d’antipathie. Ne pas se fier aux apparences, cela n’était peut-être que de la provocation… Hope avait beau se le répéter, le vampire ne lui inspirait rien de bon. Tout du moins pour le moment. Sa déjà longue existence lui avait appris que les gens n’étaient pas toujours ce que l’on pouvait croire. C’est ce qu’elle espérait à propos du jeune homme. Enfin, cette manière hautaine & assurée de s’adresser à elle ne la faisait pas penser en ce sens, mais seule la suite des événements pourrait nous en apprendre davantage. Pourtant assez charismatique et séduisant, elle n’aurait su dire en cet instant quoi penser de lui.

Détournant une fraction de seconde ses prunelles de celles du vampire, Hope jeta un œil en direction des étoiles qui scintillaient dans un ciel noir de jais. Elle aurait volontiers admiré ce spectacle si familier, si elle n’avait pas du concentrer de nouveau son attention sur son interlocuteur.
« Mais si tu ne m’amuses plus, je pourrais avoir envie de me chercher un casse-croûte nocturne… » Lui avait-il lancé. Ce qui impliquait aller chercher parmi les habitants de Renton Valley. Ce qui impliquait aussi que les meurtres n’allaient pas s’arrêter, étant donnée la présence du vampire et de ses compagnons dans la région. Cela n’arrangerait pas les affaires des Wellington.
Le vampire mentionna les lycéens de la région. Même si cela aurait-été une véritable catastrophe que les vampires débarquent au lycée, Hope imagina la tête que ferait le jeune homme en se rendant compte qu’elle et ses frères et sœurs fréquentaient eux aussi l’établissement, en compagnie des humains. Enfin, cela n’arriverait pas, même des vampires nomades comme l’étaient ceux-ci ne pouvaient pas s’exposer en tant que tels aux humains, la « loi » du monde vampirique étant très claire à ce sujet…

Durant toute cette réflexion, qui ne lui avait même pas demandé de bouger un cil, Hope en avait presque oublié de répondre au vampire.

« Un jouet, hein ? Moi qui pensais que tu avais tes petits copains dans le coin » Elle en avait oublié son ton moqueur, ironique, ou quel qu’il soit d’autre. A présent, elle souhaitait en savoir davantage.
« Tu sais, je ne sais pas si les lycéens sont si irrésistibles que ça. Ce doit être la pluie fréquente qui leur fait ça, mais je trouve qu’ils ne sentent même pas bon. » Cela n’était pas totalement faux. A part quelques uns qui avaient une fragrance plutôt plaisante, Hope trouvait qu’ils n’étaient pas très appétissants. Il faut dire aussi qu’elle maitrisait très bien sa soif, et l’odeur du sang humain ne la gênait plus à présent. Cela était le fruit de longues et nombreuses années de privation…

Aussi étrange que cela puisse paraître, l’imperceptible crispation du visage du vampire lorsqu’il avait parlé de se nourrir des lycéens avait installé un doute dans l’esprit de Hope. Selon elle, ces paroles ne pouvaient être qu’une sorte de provocation, elle n’était pas certaine qu’il souhaite réellement cela. Perspicace, malgré tout, notre petite vampire…


« Au fait, je peux savoir à qui j’ai affaire ? » La voix chantante et mélodieuse de la jeune femme donnait l’impression de courir entre les arbres.
Une très légère brise se leva, produisant un son très agréable à l’ouïe de Hope, et soulevant à peine les jolies boucles de la brunette. Ne détournant cependant pas le regard de celui du vampire, elle espéra que l’impact provoqué par ses propres prunelles dorées implique la réponse qu’elle attendait de la part du jeune homme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sett

avatar

Localisation : Va savoir...
Emploi : T'emmerder le plus possible, ça compte ?
Humeur : Exécrable, comme d'hab'
Messages : 209

Fiche personnage
Age du personnage: 22 ans
Don (vampires): Perçoit les relations entre les gens
Relations:

MessageSujet: Re: « Au clair de lune.. » (PV. Sett)   Mar 22 Déc - 0:21

La fille le foudroya littéralement du regard lorsqu’il lui apprit qu’elle était devenue son occupation de la nuit. Quoi ? Quel était donc cet étonnement dans ses yeux ? Et serait-ce de l’hostilité qu’il pouvait lire dans ses mêmes perles dorées ? Mais elle devrait se sentir honorée au contraire ! Après tout, Sett n’approchait pas souvent les autres. La vampirette avait été l’exception à sa vie d’ermitage, exception entraînée par les circonstances du moment. Le destin l’aurait-elle mise sur sa route ? Foutaises ! Ou alors il aurait un drôle d’humour… Sett n’allait cependant pas subir ce hasard –ou plutôt cette erreur- qui les avait fait se rencontrer. Il allait en profiter. Pleinement. À elle de savoir si elle allait juste être un jouet ou évoluer en un compagnon de jeu…

Elle ne bougeait pas d’un pouce. Ce n’était pas comme si Sett voulait qu’elle ait peur de lui ou quelque chose dans le genre, mais il n’avait jamais perdu ses bonnes –comme ses mauvaises- habitudes humains, tels que respirer, cligner des yeux, et même une certaine collection de petits tics ; de ce fait, il était un peu mal à l’aise en face des vampires qui ne se comportaient plus avec cette petite dose d’humanité. Certes, la végétarienne était beaucoup plus « humaine » que lui, mais cette absence de réactions lui procura un sentiment de malaise. C’était amusant de voir à quel point il était contradictoire avec lui-même. Il tuait des humains juste pour se nourrir… mais trouvait qu’elle était plus vampire que lui par son comportement. Sett avait parfois du mal à se comprendre lui-même…


« Eux aussi ils sont partis jouer… » répondit-il sans vraiment faire attention.

C’était plus lancé comme une remarque sans intérêt, une constatation qui sautait aux yeux. C’était sans compter ce qui se cachait derrière sa phrase. Son cœur se serrait rien qu’à cette idée. « Jouer »… Quel doux euphémisme pour dire tuer, déchiqueter, sucer jusqu’à la dernière goutte, arracher à sa famille, assassiner… et j’en passe des meilleurs. S’il ne s’attarda que quelques secondes à cette pensée, il sentit la soif, encore bien présente, augmenter soudainement en un pic effroyable de souffrance. Le vampire n’en montra rien, mais sa prise sur sa cigarette se fit plus pressante, plus insistante, comme s’il s’y accrochait comme un noyé s’accrocherait à une bouée… Qu’était-il donc devenu pour que penser à un meurtre lui fasse si… si envie…

Sett ne put s’empêcher de sourire en entendant la réponse de la vampire. Cette fille se révélait des plus étonnantes ! Il lui disait qu’il allait grignoter ses petits copains humains, mais elle, tout ce qu’elle trouvait à dire, c’étaient des conseils culinaires ! Son petit sourire se transforma en une grimace hilare qu’il camoufla avec sa cigarette. Le pire, c’était que Sett la crut sur parole. Elle l’avait dit sur un ton si sérieux, le nez légèrement froncé comme si elle se rappelait d’une odeur désagréable… Impossible de douter de sa parole. Vraiment, Sett avait remarquablement bien choisi le jeu de cette nuit. Ainsi que son joueur…


« Dommage… Mais je dois bien m’en contenter… Tout le monde ne mange pas de la compote de cerf… »

Faisant allusion au repas végétarien de la jeune femme, il cherchait à la titiller, mais avec un peu moins de conviction, celle-ci ayant été entamée par l’amusement qu’il avait ressenti face à sa réponse d’un peu plus tôt. Et puis elle avait tout à fait raison. Même si elle ne le disait pas tout haut, la vampirette avait senti que Sett n’était pas du tout un carnivore. Oui, malgré lui, il y avait des signes qui ne trompaient pas. Même ici, sa nonchalance exprimée face à l’idée de boire le sang d’un humain n’était pas totalement vide de culpabilité. La main de Sett trembla, geste qu’il cacha en se la passant dans les cheveux, mimant se les recoiffer. Cool Sett… Il ne fallait pas qu’il débloque maintenant. Pas après avoir réussi à tenir tout ce temps…

Puis elle le fixa de ces deux armes dévastatrices qu’étaient ses yeux. Il se demandait si les végétariens se rendaient compte à quel point leurs prunelles étaient séduisantes, autant –voire plus- que celles vermeilles de leurs congénères carnivores. Non, sûrement pas. Comme lorsque vous devenez vampires, ils étaient inconscients de ce nouveau charme que leur ajoutait l’or de leurs yeux… Sett lui-même avait été étonné de la réaction de certaines humaines face à lui. Une certaine adoration… un peu effrayante. Mais le pire, c’était que dans leur visage, il pouvait lire cette crispation, cette tension, comme si leur cerveau les prévenait qu’il y avait un danger. Malheureusement, autant les humains que les vampires se laissaient trop souvent guider par leur cœur au lieu de leur cerveau… Et on voyait bien où cela les menait. Un exemple parmi d’autres : Roméo et Juliette… Deux suicides pour une seule et unique raison, un idéal parfait et intouchable : l’amour. Combien de morts ont-elles été orchestrés au nom de ce doux et ô combien haut sentiment ? Trop… Beaucoup trop… C’était sûrement pour ça que Sett avait définitivement fermé le sien à double tour, de peur que quelqu’un ne le touche à nouveau et ne le fasse souffrir…

Elle voulait savoir ? Était-elle sûre de vouloir courir le risque ? D’entrer en contact avec quelqu’un comme lui, au risque de se perdre elle-même ? Oh, ne le regarde pas de ce regard franc, douce hippie… Ne vois-tu pas combien cette demande le fait souffrir ? Quand il embête les gens, Sett ne s’attendait jamais à ce qu’on s’intéresse à lui, à vrai dire il était plutôt sur ses gardes pour être prêt à bloquer un coup de poing ou répliquer aux insultes… Alors cette demande, tout aussi surprenante que les dernières réponses de la jeune femme le prit au dépourvu. Il dissimula sa gêne derrière une bouffée de cigarette, un regard vers le ciel étoilé un peu caché par les arbres des alentours,…


« Qui sait ? »

Encore une moquerie. Comme d’habitude. Le mécanisme d’auto-défense, si profondément ancré en lui, se mit en route automatiquement. Il ne voulait pas être découvert. Et puis, étrangement, cette question le remua intérieurement. C’est vrai : qui était-il ? Un vampire ? Mais pouvait-il se définir être un vampire alors qu’il refusait tout bonnement cette étiquette ? Qu’il refusait cette vie… ? Il était impossible de répondre à cette question, quand on connaissait la grande part d’ombres que Sett avait développé depuis la mort de Tania et qui n’avait fait que grandir depuis sa transformation… Tellement grandir qu’il ne se connaissait même plus lui-même. Oui… Qui était-il ?

« Je m’appelle Sett. » finit-il par dire.

Il s’en voulait un peu de répondre si brusquement à la jeune demoiselle, mais c’était devenu son mode de communication depuis des années maintenant. Alors pourquoi changer ? Merde ! Il n’allait pas se donner la peine d’être agréable juste parce que c’est mieux vu par la société. Vous savez ce qu’il disait à la société ? Il l’emm*rdait la société, et tous ces règles de politesse et de comportement avec ! Non mais… Il ne manquerait plus qu’il s’habille de rose et aille manger des biscuits avec les joyeux enfants de « La Petite Maison dans la Prairie »… Et avouons-le : on n’était très loin de cette situation. C’était même utopique. Sett vit que des cendres allaient tomber de sa cigarette. Il les fit alors tomber dans sa main, la douleur de la brûlure montant directement à son cerveau, puis les y écrasa, accentuant sa souffrance. Puis quand elles devinrent froides, il les laissa tomber au sol. Sett ? Un peu maso ? Bien sûr que oui, comme tout le monde ! Même si son comportement tendait à prouver une certaine tendance à l’automutilation… Mais voyant ce qu’il était devenu, qui aurait pu s’en étonner ? Il croisa la regard de la jeune femme et se crut obliger de dire :


« C’est pour éviter un incendie… »

Puis de refermer la bouche en se rendant compte de l’absurdité de sa phrase. Il s’enferma alors dans un silence contemplatif, ses yeux voyageant de la jeune femme, à la beauté des feuilles dansant au gré du vent et à cette magnifique lune qui éclairait le sentier…

___________________

Do you want to know me ?
» ♥️ « » ☠️ «


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hope Wellington

avatar

Localisation : Dans les environs de Renton Valley..
Emploi : Lycéenne
Humeur : Malicieuse ;]
Messages : 239

Fiche personnage
Age du personnage: 17 ans
Don (vampires): Bouclier, peut se protéger et protéger autrui d’attaques mentales
Relations:

MessageSujet: Re: « Au clair de lune.. » (PV. Sett)   Dim 27 Déc - 2:47

Une très légère brise se leva dans la clairière. Effleurant les bouclettes brunes de la jeune vampire qui se tenait face à l’un de ses « congénères », elle passa simplement sa main dans ses cheveux, les repoussant derrière ses épaules découvertes.
Découvertes, car ne sentant ni le froid, ni la chaleur, à cause, ou grâce à sa condition de vampire, Hope avait opté pour un simple débardeur uni de couleur bleu nuit, adéquat pour sa partie de chasse nocturne..

Hope fixait le vampire, sans aucun mouvement, pas même un battement de cils. Elle avait remarqué d’ailleurs, que le jeune homme lui, ne cessait de se mouvoir, que ce soit par le fait de respirer, de cligner des yeux, ou même de s’agiter par le biais de tics qu’il présentait. S’il eut été humain, Hope aurait sans aucun doute pensé qu’il était plus que nerveux. Etant cependant une toute autre créature, elle n’aurait su dire pourquoi ce comportement…
La jeune femme, elle, n’agissait de cette façon qu’en présence d’humains. Après toutes ces années passées à cotoyer ceux-ci, il lui était très facile d’adapter son comportement en fonction des personnes en sa présence. Si toutefois aucun être humain ne se trouvait là, il était tout simplement inutile à Hope de respirer, voire même de cligner des cils comme Sett s’obstinait à le faire, car ces fonctions qui étaient vitales aux mortels, étaient plus que superflues pour les vampires…

« Eux aussi ils sont partis jouer… » Avait laché le vampire, en parlant de ses compagnons. Jouer… Ce mot décrocha un léger sourire en coin à la jeune femme. Cette expression synique sonnait à ses oreilles comme simplement tuer d’innoncents humains, qui se trouveraient probablement au mauvais endroit, au mauvais moment, et tomberait sur un vampire mal intentionné… C’était souvent en pensant à ce genre de choses qu’Hope se trouvait heureuse d’avoir un tel régime alimentaire. Après tout, lorsqu’on était habitué, un simple sang fade d’animal pouvait vous satisfaire, c’était une question de volonté…

De la compote de cerf, hein ? Décidemment, ce vampire avait de l’humour… Un humour cynique, certes, mais tout de même, il fit s’élargir le sourire naissant sur le visage de la jeune femme. On pouvait le voir comme ça, ou alors on pouvait choisir de voir cette façon de vivre comme une deuxième vie, une deuxième chance accordée aux vampires, qui leur permettait de vivre à peu près comme tout le monde… Hope ne lui en voulait même pas pour cette remarque. Se nourrir uniquement de sang animal était plus que frustrant pour un vampire, mais cela évitait bien des contraintes, les meurtres, les remords…


« On peut voir ça comme ça… » Lui rétroqua-t-elle. « Ou alors tu considère qu’on apprécie juste vivre comme les autres. A toi de voir. » & tout cela annoncé très serieusement, comme s’ils discutaient entre vieux amis.

Il avait eu beau essayer de faire passer ce tressaillement dans sa main pour un geste nouchalant, Hope avait bien remarqué cet espèce de tic nerveux. Ce vampire était plus « humain » qu’il ne le laissait paraître…
Les deux vampires se fixaient droit dans les yeux, véritables joyaux scintillant dans le clair de lune. D’un côté une douce couleur ambrée, de l’autre une teinte rouge sanguine saisissante. Des yeux d’une beauté à couper le souffle à n’importe quel humain, mais les vampires y étaient accoutumés.

Alors… Qui était donc ce vampire si intrigant qui avait croisé la route de la jeune Hope ? Le voyant hésitant à répondre à cette question, elle attendit de voir la tournure que prendrait cette conversation.
Elle n’eut pas à attendre très longtemps. Le vampire lui donna son prénom, un peu sechement. La jeune femme pensa que c’était l’usage chez ce genre de vampires de s’exprimer plus ou moins toujours sur ce ton. Ainsi, il s’appelait Sett.. Hmm. Pas mal. Disons que ce prénom lui allait bien. Il collait au personnage, ténébreux, mysterieux, et assez beau garçon, bien qu’il ne fut pas au gout de Hope.


« Même si c’est bizarre, enchantée, Sett. » Oui, c’était étrange qu’Hope se sente « enchantée » de cette rencontre. Après tout, elle avait en face d’elle un vampire qui, par ses activités meurtières, menaçait la tranquilité des Wellington dans la région… Mais dans le doute, elle pensa qu’il était peut-être de rigueur de connaître ce jeune homme avant d’emettre une poinion sur celui-ci. Cette remarque lui fit cligner des yeux en affichant un nouveau sourire.

« Je suis Hope Wellington, vampire végétarienne, et lycéenne en plus.. » Voilà, les présentations étaient faites. Qu’en serait-il de la suite ? Hope n’aurait su le dire.
Là-dessus, le vampire détourna son attention de la jeune femme quelque seconde pour se servir de sa main comme cendrier pour recueillir ce qui allait tomber de l’extremité de sa cigarette. Elle le regarda faire, son sourcil droit se haussant machinalement. Pour éviter un incendie, lui avait-il dit.
Décidemment pas comme les autres, ce vampire. Un autre aurait simplement laissé tomber les cendres, mais lui non, il les avait d’abord refroidies sur sa peau glacée comme le marbre… Il avait bien moins la conscience d’un vampire sanguinaire qu’il ne le laissait croire, Hope en était certaine. Ou alors aimait-il simplement la sensation de brûlure sur sa main… En ce cas, il serait simplement fou, ou idiot.
Quoi qu’il en soit, il n’en restait pas moins intrigant. Le coin droit de la bouche de la jeune femme se retroussa pour former une esquisse de gentil rictus.


« Si tu le dis… »

Le vent était déjà retombé, les feuilles ne dansaient plus, et les bouclettes de la jeune vampire ne s’agitaient plus. Dommage, Hope aimait cette sensation, car bien qu’elle ne sentait ni la chaleur ni le froid, elle pouvait sentir les caresses du vent sur sa peau perpetuellement glacée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sett

avatar

Localisation : Va savoir...
Emploi : T'emmerder le plus possible, ça compte ?
Humeur : Exécrable, comme d'hab'
Messages : 209

Fiche personnage
Age du personnage: 22 ans
Don (vampires): Perçoit les relations entre les gens
Relations:

MessageSujet: Re: « Au clair de lune.. » (PV. Sett)   Jeu 31 Déc - 0:59

Sa remarque sur les jeux de ses « amis » fit sourire la vampire. Décidément, elle n’était pas comme les autres, celle-là. D’habitude, on lui aurait reproché son manque de sensibilité devant cette réalité qu’était le régime alimentaire des vampires, ou bien on l’aurait juste cogné, histoire de lui remettre les idées en place –ce qui entre nous n’aurait pas été une si mauvaise idée que ça. À cas désespéré, mesures désespérées, n’est-ce pas ? Et encore, il était certain que ça n’allait pas suffire au cas de Sett. À la limite, il en redemandait encore. Quel masochiste, celui-là… Mais l’existence-même n’était-elle pas une forme de masochisme ?

Sett continuait de l’amuser, puisque son sourire ne faisait que s’accroître sur ses lèvres. Elle était bien plus mignonne quand elle souriait sincèrement. Franchement, les rires moqueurs, ça n’allait pas aux jolies demoiselles. Il n’y avait que sur els enfoirés comme lui que ça rendait bien, et encore… C’était bien souvent à ses risques et périls. Mais en parlant de son incapacité à manger du sang d’animal, il était sincère. Rien que l’odeur le dégoûtait déjà. C’est comme si on vous donnait le choix entre une bonne assiette pleines de frites et un plat de choux de Bruxelles… Attention, il ne critiquait pas les adorateurs de choux de Bruxelles, mais personnellement il lui avait toujours été impossible d’approcher à moins de dix mètres de ceux-ci. Même l’odeur ressemblait au passage d’une horde de vaches souffrant de diarrhée… Et encore, ça c’était la version édulcorée de ce que sentait le sang d’animal au nez de Sett. Alors vous imaginez…

Vivre avec les autres… Un instant, Sett se laissa à s’imaginer de nouveau en société, riant avec des gens, comme avant… Mais bien vite, il poussa l’idée sur le côté. Une utopie. Cela n’était qu’un rêve. Un doux rêve, mais bien cruel pour le faire ainsi souffrir… Une vie normale, combien de fois n’en avait-il pas songé ? Mais alors qu’il passait ses premières nuits dans des cartons de Manhattan, rongé par ce mal-être si profond qui brassait ses tripes, il sut qu’il ne parviendrait jamais à contrôler cette soif brûlante, présente à tout instant. Il tenta tout de même l’expérience, visitant la nuit ses parents, remplissant ses narines de leur odeur si envoûtante… Expérience qu’il abandonna dès le moment où il fut tenté rien qu’à la vue de la gorge si alléchante de sa mère. Depuis ce soir-là, il n’était plus retourné chez lui. Qu’étaient-ils devenus ? Peut-être étaient-ils morts. Cette idée le révoltait.

À lui de voir. Mais voir quoi ? Le mur vers lequel cette conception de la vie vampirique le conduisait ? L’impasse ? Pas besoin d’une nouvelle idée défaitiste pour miner son moral, il y arrivait très bien tout seul. Alors même s’il ne sourit pas d’un air ironique, ses prunelles brillèrent un instant de ce sentiment, messagère de son amer ressentiment envers ce que pouvait encore lui apporter cette vie. Néanmoins, il apprécia le franc-parler de la fille, qui conversait avec lui comme s’ils se connaissaient depuis des années. Un peu de sympathie, même infime, lui faisait énormément de bien… Même s’il était le dernier à l’avouer.

Il reprit une bouffée de cigarette après avoir dit son nom, étrangement nerveux. C’était étrange à dire… Mais il avait l’impression de se vendre en donnant des informations sur lui. À limite de la prostitution. Non pas qu’il était souillé par ce geste, mais son identité faisait partie des dernières choses qu’il considérait comme vraiment à lui. Une végétarienne qui vivait avec une famille, avait des amis et menait la grande vie parmi les humains ne pouvait peut-être pas comprendre la valeur de ce qu’il venait de lui délivrer. Sett se crut obligé de rire en entendant l’ « enchantée ». À son avis, elle devait être tout sauf enchantée. Normal, on parlait de Sett après tout. Qui pourrait l’être en sa présence ?

Elle déclina sa propre identité. Ah… Lui aussi il aurait pu ajouter « vampire carnivore meurtrier et chômeur à plein temps pour les cinquante prochaines années en plus… » Mais ça ne l’aurait pas fait. Enfin ! Il fallait tout de même être un peu sérieux ! Eh oui, ça arrivait même à notre vampire de compétition de l’être. D’un autre côté, Sett n’avait pas envie de se livrer plus qu’il ne fallait. Il ne devait pas oublier que la jeune fille devant lui faisait partie du clan ennemi. S’il l’avait croisée avec ses petits copains, Sett n’aurait pas donné chair de sa peau. Même s’il ne l’estimait pas à un prix élevé, d’un certain côté, il avait toujours ses instincts de survie qui le poussaient à ne pas commettre des (trop) grosses conneries. Des petites, à la limite. Ok, quelques moyennes aussi. Et s’il désirait mourir, le pacifisme de ces hippies devrait être mis à rude épreuve avant qu’il ne songe à la véritable menace qu’il représentait. Mais Sett y travaillait. Un jour ou l’autre, les végétariens serviraient ses intérêts. Bon gré ou mal gré.

Saluant la présentation d’une révérence assez burlesque, il ne fit aucun commentaire à voix haute. Pour une fois qu’il retenait ses remarques, elle devrait le féliciter. Pourtant, ce n’était pas l’envie qui lui manquait ; Mais il sentait que l’ambiance n’y était pas. Il avait envie de préserver encore quelques secondes cette impression qu’il était accepté par quelqu’un, quelque part. Malheureusement, comme toute chose ici-bas, ce sentiment le quitta bien vite, et fut remplacé par son habituelle nervosité. Quand ses nerfs le lâcheront-ils enfin ? N’avait-il donc pas droit à quelque moment de paix ? Apparemment non. Et entre nous, c’était bien fait, vu les moments de calme qu’il ôtait trop souvent aux autres, c’était un juste retour des choses.

Hope, puisqu’elle s’appelait ainsi, le regarda éteindre les cendres avec une petite moue rieuse sur le visage. Sett n’aurait su dire s’il était moqueur ou non, mais à vrai dire, il s’en foutait. À moitié. Et puis merde ! Il faisait ce qu’il voulait ! S’il était fou ou idiot ? Sûrement les deux. Enfin, cela dépendait du moment. Parfois, c’était même les deux. Mais chacun n’avait-il pas son petit grain de folie ? Peut-être que cela était plus visible chez le vampire à cause de son je-m’enfoutisme total devant l’opinion des autres. Aux paroles de la femme, il maugréa un vague « Va te faire foutre », à peine audible, mais dit sur un tel ton que c’en était juste comique. On aurait juste dit un sale gamin qui boudait. Ça cassait un peu le mythe du beau gosse ténébreux.

Soudain, Sett leva la tête. Que… Il se rattrapa à l’arbre le plus proche. Qu’est-ce qu’un humain venait faire dans les bois à cette heure ?! Si son estomac avait pu gargouiller, il l’aurait fait à cet instant. Et au lieu d’un simple gargouillis, ça aurait été le son d’un grondement qu’on aurait pu entendre. Ses lèvres s’ouvrirent, laissant lentement le tabac s’écraser sur le sol. Sa soif se fit plus aigüe, plus insistante. Le corps de Sett s’arqua en un bref sursaut d’intense souffrance. Sa bouche sortit un cri silencieux, témoin du feu qui le consumait de l’intérieur. Puis, cela prit fin comme ça avait commencé. À la seule différence que ses yeux étaient devenus complètement noirs… Il se lécha les lèvres d’une langue vipérine, lentement. Ça aurait pu être diablement excitant, si le geste n’avait pas eu une connotation si… gourmande…


« Excuse-moi, Hope, mais j’ai rendez-vous avec mon déjeuner… » dit-il distraitement.

Mais l’instant d’après, il s’enfonça les ongles dans la peau, sortant de lui-même de sa transe sanguinaire. Hébété, il regarda autour de lui. Puis il se tourna vers la vampirette, les yeux effarés. L’instant d’après, il se recomposa une figure impassible. Enfin, à part toujours son sale petit sourire en coin. Il fit mine de consciencieusement écraser sa cigarette, le temps de reprendre totalement ses esprits. Finalement, il déclara, toujours soi-disant concentré sur la vie des fourmis de la forêt –enfin, concentré sur tout ce qui se passait autre part que dans la direction de la vampirette- :


« Si tu ne veux pas que je le croque, tu ferais mieux de t’arranger pour que cet humain s’éloigne… » avoua-t-il avec un ton un brin sarcastique. « Ou je ne garantis pas que je saurai longtemps me contrôler. » finit-il avec des yeux devenus noirs d’une gourmande sincérité.

♫ ~~Promenons-nous dans les bois
Tant que le Loup n’y est pas
Si le Loup y était, il nous mangerait
Mais comme il n’y est pas,
C’est le vampire qui nous mangera…~~ ♫

___________________

Do you want to know me ?
» ♥️ « » ☠️ «


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hope Wellington

avatar

Localisation : Dans les environs de Renton Valley..
Emploi : Lycéenne
Humeur : Malicieuse ;]
Messages : 239

Fiche personnage
Age du personnage: 17 ans
Don (vampires): Bouclier, peut se protéger et protéger autrui d’attaques mentales
Relations:

MessageSujet: Re: « Au clair de lune.. » (PV. Sett)   Mer 20 Jan - 2:52

Hope avait prit soin de se présenter correctement au vampire qui lui tenait « compagnie » en cette heure qui commençait à se faire tardive. Celui-ci y avait répondu par une sorte de révérence, qu’Hope aurait sans doute trouvée très drôle, si le vampire avait été son ami.
En parlant d’amis… La jeune femme se mit à réfléchir à propos de ce sujet une fraction de seconde… Quels étaient ceux qu’elle appréciait comme étant ses propres amis ? Il y avait sa famille, bien sur. Elle aimait tous ses frères et sœurs, et sortaient avec eux comme des amis au quotidien. Plus récemment aussi avaient débarqué dans la région les Davis. Done était d’ailleurs devenue sa meilleure amie depuis lors. Et puis Hope appréciait aussi beaucoup la famille Davis. Il y avait Riley aussi… Ah, le beau Riley Davis… Hm hm, ne nous égarons pas Hope. Bref, la jeune vampire ne fréquentait que des vampires « végétariens » en somme. Pas d’humains, même s’ils ne lui posaient pas de problème particulier, tant niveau odeur qu’autre. Mais si elle passait son temps à défendre leur cause, Hope n’en avait encore jamais rencontré qui vaille assez le coup pour les fréquenter à plein temps.

Sortant de sa réflexion, à cause de laquelle elle avait affiché un air songeur (cela dit, presque imperceptible), elle remarqua que le « jeune » vampire avait salué sa présentation d’une sorte de… révérence ? Oui, ce devait être ça. Du moins, ça y ressemblait. L’effet souhaité était probablement cette pointe de ridicule qui rendait Sett drôle, tout du moins au goût de Hope. Elle ne manqua pas d’ailleurs de gratifier cette prestation d’un sourire éclatant. Finalement, cette rencontre imprévue ne serait peut-être pas si néfaste que la jeune femme l’aurait pensé..

Réfléchissant une nouvelle fois deux secondes tout au plus, la jeune femme songea à Sett. Elle avait été comme lui, à une époque… Lointaine, mais réelle. Tout de suite « élevée » par les Wellington, déjà végétariens, elle avait pu prendre exemple sur ses « parents » et sur son frère ainé Nathan. Mais malgré tout, vous pouvez être « élevé » le mieux possible en tant que végétarien, rien, aucune éducation, aucune explication ne peut contrer votre nature, tout du moins au début. Suite à sa transformation, Hope avait eu, comme tout vampire, l’insatiable et irrépressible faim de sang… humain. Ayant fait preuve d’énormément de volonté pour rester avec les Wellington, sa famille aimante et aimée, Hope avait fini par s’habituer au sang animal, ce régime si insatisfaisant, mais suffisant pour survivre et ne pas se laisser emporter par ses instincts, surtout lorsque vous tenez à vivre au sein même d’une communauté uniquement humaine, qui représente tant de tentations désagréables pour un jeune vampire…

Croisant le regard de Sett, Hope l’avait vu écraser ses cendres de cigarette sur sa main. Devant la remarque explicative du vampire, la jeune femme avait trouvé amusant qu’il se justifie, surtout expliquant qu’il souhaitait éviter un incendie, s’infligeant alors une brulure qui rougissait légèrement sa main blanchâtre. Elle lui avait alors souri, et lui avait répondu d’une manière telle, qu’elle souhaitait lui faire comprendre qu’il n’avait pas à se justifier avec elle. Elle trouva très drôle également la façon grincheuse qu’il eut de rétorquer de vilaines paroles à son attention, ainsi que sa petite moue boudeuse.


« Ne fais pas la tête, Sett. Après tout, je n’ai rien contre les sado masos… » lui lança-t-elle dans un éclat de rire sonore.

Son rire cristallin et communicatif résonna dans la clairière, et donna la drôle d’impression de s’enfuir ensuite à travers la forêt étendue tout autour d’eux. Et alors que le calme revenait, le silence regagnant l’espace entre les deux vampires se tenant face à face, Sett releva brusquement la tête. Hope eut alors l’impression que ce dernier allait défaillir. S’appuyant contre un arbre, il afficha une grimace qui lui donnait l’air de souffrir d’une intense douleur. Il annonça avoir « rendez vous avec son déjeuner »… La jeune vampire, se rendant soudain vraiment compte de se qui était en train de se passer, fit disparaitre en une fraction de seconde le sourire qui fendait encore son doux visage.
Elle se mettait à paniquer. Elle ne pouvait pas laisser Sett tuer cet humain. Une disparition, un meurtre de plus, tout cela n’était pas bon pour Renton Valley, ni pour les Wellington, les Davis, eux qui déjà attiraient l’attention, n’avaient pas besoin en plus d’une nouvelle rumeur qui effraierait les habitants…

L’expression faciale de Sett ne cessait de changer depuis l’arrivée de l’odeur de l’humain aux narines des vampires. Il était clair qu’il tentait au maximum d’afficher son air éternellement impassible, décontracté, sur de lui… Mais cet évènement l’avait clairement déstabilisé.
Hope ne pouvait décemment pas le laisser tuer cet humain, c’était certain.
Mais que faire maintenant ? Elle était forte, certes, mais ferait-elle le poids face au vampire musclé et bien plus grand qu’elle ? Elle comptait comme d’habitude sur son agilité et sa rapidité, mais elle regrettait fort que ses frères ne soient pas à ses côtés, cette nuit. Ils n’auraient alors eu aucun mal à arrêter le vampire. Dommage que celui-ci obéisse à ce point à ses instincts de vampire, car la jeune femme commençait à le trouver sympathique..
Cessant de réfléchir, Hope se décida à agir. Alors que Sett esquissait déjà un mouvement en direction de la provenance de l’odeur qu’ils avaient perçu, la jeune vampire s’élança, et en un bond se retrouva devant lui, menaçante.


« Désolée Settounet, mais tu imagines bien que je n’peux pas te laisser tuer quelqu’un sans avoir quelque chose à dire… » Elle n’abandonna cependant pas son ton sympathique.

« C’est dingue ce que vous nous donnez comme fil à retordre, vous autres. » Ajouta-t-elle en évoquant les activités sanguinaires de Sett et de ses compagnons.

Et maintenant ? Elle attendait une réaction du vampire… N’arrivant pas très bien à le cerner, elle n’aurait pas su dire la tournure qu’allaient prendre les évènements. La seule chose dont elle était sûre à présent, c’est que ce jeune homme n’était pas tout à fait celui qu’il laissait paraître… Elle était persuadée qu’il y avait en lui quelque chose de plus, qu’il n’était pas ce tueur froid et glacial, comme on pouvait en avoir l’impression…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sett

avatar

Localisation : Va savoir...
Emploi : T'emmerder le plus possible, ça compte ?
Humeur : Exécrable, comme d'hab'
Messages : 209

Fiche personnage
Age du personnage: 22 ans
Don (vampires): Perçoit les relations entre les gens
Relations:

MessageSujet: Re: « Au clair de lune.. » (PV. Sett)   Dim 24 Jan - 0:56

Elle salua son spectacle d’un beau sourire. Voilà qui suscitait d’étranges réactions dans le corps –le cœur ?- de Sett. Quelle était donc cette chaleur qui le réchauffait à l’intérieur ? Bah ! Certainement un de ses déjeuners qui ne passait pas. Il ignora totalement le fait qu’il n’avait pas mangé depuis des jours et que ce type de déjeuner aurait certainement beaucoup de mal à lui rester sur son estomac… Mais il s’en foutait. Après tout, il pensait ce qu’il voulait, non ? Quitte à ce que ce soit un mensonge… Merde, il n’allait tout de même pas devenir moralisateur avec sa propre conscience ! Ça commençait par ça et ça finissait en bure ou en soutane noire et une croix accroché au cou ! Et puis l’abstinence, très peu pour lui ! Même s’il n’avait pas connu de femmes depuis longtemps, il n’imaginait même l’idée de devoir s’en priver.

En la voyant s’attarder d’un air songeur sur son visage, Sett fit de même. Il imaginait bien le genre de vie qu’elle pouvait avoir… Une famille aimante qui veillait sur elle… Des amis sur lesquels elle pouvait compter à tout moment… Des moments de joie, des moments de pleurs… C’était d’un pathétisme affligeant. Il aimait se moquer de cette vie, de ces relations dont il était dépourvu à ce jour. Pourtant… il y avait cette pointe d’envie, de jalousie qui se faisait sentir. L’envie… Quel délicieux péché. Même si le vampire ne voulait pas se l’avouer, il regrettait son ancienne vie. Et c’est justement pour ne pas en souffrir qu’il la tournait aujourd’hui en dérision, argumentant qu’il s’en fichait et que la mièvrerie n’était plus de mise pour sa nouvelle condition. L’envie… Mais envie de quoi ? D’amis ? D’une famille ? Ou juste de ne plus avoir à se soucier de sa conscience ? Sûrement un peu trois, et plus particulièrement la troisième proposition, vu la culpabilité qui pesait sur son esprit…

Quand il avait lâché son insulte d’un air boudeur, il l’avait fait à moitié sincèrement, à moitié pour la faire rire. Car avouons qu’elle avait déjà un sourire extraordinaire –qualité de vampire oblige-, mais il voulait entendre son rire. Sett ne fut pas déçu. Étrange sensation… C’était comme s’il courait dans les arbres, secouant doucement les feuilles qui accompagnaient le doux chant… C’était agréable d’entendre autre chose qu’un rire sarcastique. Ou même que sa propre voix. À force de s’écouter parler, Sett allait devenir fou… Et ce dernier commentaire… resterait à jamais sans commentaire.


« Normal, vu ton régime… » lui répondit-il d’un ton cinglant.

Ben oui, son type d’alimentation prouvait tout de même une certaine inclination au masochisme. Si son comportement relevait encore de la sincérité, il y avait toujours cette part de comédie, de burlesque qui avait tant plu un peu plus tôt à la jeune vampirette. Le silence reprit sa place. Sett en profita un peu. Bordel ! Qu’est-ce que ça faisait du bien quand elle arrêtait de parler… Sans vraiment se dire qu’il parlait autant qu’elle. Mais sa quiétude fut bien vite interrompue. Oh… Un nouveau participant venait d’arriver…

Sett se retrouvait à devoir lutter contre soi-même. Rarement il avait expérimenté soif plus insistante qu’aujourd’hui. Peut-être était-ce parce que, s’il n’avait pas rencontré Hope ce soir, il se serait certainement déjà retrouvé ses crocs pointus plantés dans la gorge de quelqu’un. Le destin l’avait-il mise sur sa route pour justement l’empêcher de commettre un nouveau meurtre cette nuit ? Ou était-ce simplement de la malchance qu’elle soit en sa présence quand sa faim le taraudait à ce point ? De la malchance, car il n’y avait aucun doute qu’elle allait l’arrêter. Le vampire était à la fois joyeux et déçu par la situation. Il ne fallait pas oublier que durant la chasse, ses intincts reprenaient toujours le dessus… C’est pourquoi il luttait pour conserver son « humanité », pour pouvoir continuer à lui parler comme s’il badinait sur le fait qu’il risquait de tuer le premier humain qu’il croiserait.

Hope perdit son sourire. Alors finalement cette fille avait vraiment un peu de jugeote, quelque part… Non, il disait ça uniquement parce que depuis le début de la conversation, elle avait fait preuve d’un certain détachement à chaque fois que Sett parlait de dévorer les gens. Comme si ça l’amusait. Maintenant que c’était vraiment le cas, et que Sett ne cherchait plus juste à la provoquer, la situation devait être plus… réaliste. Et de ce fait beaucoup plus grave. S’il se mettait à poursuivre l’humain, aucun doute qu’il y arrive, puisqu’il était plus musclé qu’elle. Si jamais elle se mettait clairement sur son chemin, la bête qui était en lui n’hésiterait pas à l’en écarter. Brutalement, si cela serait nécessaire. C’est pourquoi le vampire espérait qu’elle mettrait l’humain à l’abri, utilisant à son avantage sa rapidité accrue par rapport à celle de Sett. Attention, il ne disait pas qu’elle était vraiment plus rapide que lui, mais juste un peu, voilà tout. Même dans son délire sanguinaire, Sett n’était pas prêt à avouer ses défauts…

Soudain il ne tint plus. L’odeur était trop forte, la tentation trop grand, il ne le sut pas, mais le fait est qu’il tendit son corps, crispant ses muscles, prêt à bondir dans la direction de ce qui était maintenant sa proie. Mais il fut stoppé en pleine course par la silhouette de l’hippie qui s’interposait entre lui et son repas. Sa posture était menaçante, comme sur le point de l’attaquer, ce qui fit inconsciemment grogner Sett du fond de la gorge. Dès qu’il s’en rendit compte, il s’arrêta, mais il ne départit pas de son attitude tout aussi agressive. On ne pouvait plus reconnaître l’homme qu’il était quelques temps auparavant. Le Sett d’habitude répondait aux abonnés absents. Maintenant on voyait bien par la noirceur de ses pupilles que c’était le vampire, la bête tapie au plus profond de lui, qui était aux commandes.

Malgré son état de semi-conscience. Il sentit son poil se hérisser au surnom dont l’affabulait la vampirette. Nan mais oh ! Ce n’était pas permis de faire un tel crime de faute de goût ! Néanmoins il fut tenté de se laisser être rassuré par cette voix qui n’avait pas perdu sa douceur et sa jovialité, malgré la situation. Malgré lui, le vampire eut un sourire qui lui tordit les lèvres, comme si une partie de lui-même tentait de le réprimer. Du fil à retordre ? C’est dingue, on aurait vraiment dit qu’elle pensait être obligée de nettoyer derrière lui. Inconsciemment, il pensa à sa mère, qui avait souvent l’habitude d’utiliser cette expression, en faisant référence à lui et son père.


« Il faut croire que nous sommes des cas désespérés » lui répondit-elle avec une touche d’ironie, mais également de tristesse.

C’était ce que répondait son père à chaque fois. Se rappeler de cette réplique ramena son côté humain à la surface. De nouveau Sett se prit la tête dans les mains, essayant de lutter contre sa soif, son alter-ego voulant aller égorger le mortel qui se promenait impunément dans la forêt. Juste à l’idée du sang qui coulerait, le vampire avait envie de baver. Ce qui, je vous l’accorde, n’aurait pas été du plus bel effet devant la demoiselle. Mais à un moment pareil, qui s’en soucierait ?

« Hope… V… Va-t’en. Protège l’humain. Je ne veux pas tuer… Je ne veux plus… »

Son ton plaintif transmettait toute l’inquiétude qu’il ressentait au fond de lui, toute sa détresse. Il ne voulait plus recommencer. Il aurait tellement aimé être autre part, ne jamais avoir rencontré ce vampire dans cette rue ce soir-là, ou encore mieux : avoir eu le courage de se suicider après la mort de Tania. Mais on ne pouvait pas remonter le temps. Aujourd’hui, il devrait vivre avec cet éternel fardeau… Ou s’arranger pour l’écourter. C’est alors qu’aussi soudainement qu’il s’était remplié sur lui-même, il s’élança vers la jeune fille. Prenant ses deux poignets dans un étau, il rapprocha son visage du sien, la folie se lisant dans ses traits.

« Je me demande ce que ferait ta famille si je te tuais… Peut-être viendrait-il enfin m’apporter ce que je recherche depuis si longtemps… »

Et alors avec une lenteur délibérée, il lécha son cou dans ce qui aurait pu être un geste sensuel s’il n’avait pas été si… gourmand. Mais l’instant d’après il la lâcha, l’effarement se lisant dans les yeux. Schizophrénie ? Non, même pas. Il se rendait compte qu’il venait juste de dire à voix haute un projet qu’il n’avait même fait que penser à voix basse et la honte s’imprimait maintenant sur ses traits. Il recula de plusieurs pas, confus. Puis, avec un visage redevenu impassible, il dit :

« Je m’en vais. »

Mais ce fut plus une fuite qu’autre chose. Sett se tourna et prit délibérément la direction opposée à celle de l’humain, espérant que courir de toutes ses forces lui éviterait de penser à son alléchante odeur. Il disparut sous la couverture d’arbre, s’éloignant le plus possible de ce lieu, de ce décor, d’elle… Et pour la première fois de sa vie, il regretta de ne pas s’être excusé. C’est ainsi que Sett disparut dans la nuit, tout aussi noire et sombre que son humeur teintée de désespoir…

___________________

Do you want to know me ?
» ♥️ « » ☠️ «


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hope Wellington

avatar

Localisation : Dans les environs de Renton Valley..
Emploi : Lycéenne
Humeur : Malicieuse ;]
Messages : 239

Fiche personnage
Age du personnage: 17 ans
Don (vampires): Bouclier, peut se protéger et protéger autrui d’attaques mentales
Relations:

MessageSujet: Re: « Au clair de lune.. » (PV. Sett)   Mar 16 Fév - 13:58

L'éclat de rire de Hope finit de résonner entre les arbres, et le silence revint dans la clairière où se trouvaient les deux vampires.
Sett exprima alors un enième commentaire sur le régime des végétariens. Une fois de plus... Et un enième sourire étira les lèvres de la jeune femme, d'une légère teinte rosée.


" Mais c'est pas du masochisme Sett ! C'est du bon sens ! " Car il faut l'avouer, une famille de vampires qui souhaiterait vivre comme les Wellington, parmi les humains, attirerait bien vite les soupçons si les habitants disaraissaient peu à peu... Déjà que végétariens, on les trouvait louches...
Enfin bref, leur choix de vie leur permettait une existence "normale", bien que rythmée par les parties de chasse récurrentes. Avec le temps, ils avaient appris à contrôler leurs instincts, et pouvaient maintenant cotoyer les humains sans peine.

Après cette courte reflexion, une odeur bien particulière avait envahi l'air frais de la nuit... Un humains se promenait dans la forêt non loin des deux vampires, en cette heure tardive de la nuit...

Voyant que Sett était prêt à bondir sur cette proie facile, Hope s'était bien entendu interposée, se dressant devant le vampire de toute sa - certes petite - hauteur. Là dessus, elle avait laché que Sett et ses compagnons leur donnaient du fil à retordre, à eux, vampires végétairiens qui tentaient de se faire discrets... Elle n'avait pourtant pas abandonné son ton plaisantin.
Le vampire se prenait appremment pour un "cas désésperé". Hope, au contraire, essayait de voir le bon en chacun.
Elle pensa donc que Sett pouvait changer, s'il le voulait, à l'instar des Wellington ou encore des Davis. Cette lueur de réflexion dut apparaître dans les yeux de la jeune femme.
Il eut l'air de se faire cette constatation à lui même, une pointe de tristesse dans la voix...
Le regard de la jeune vampire se fit alors compatissant. C'était fou de voir tout ce que les yeux d'un vampire, et même son attitude toute entière, pouvait exprimer, malgré qu'ils soient censés être déjà "morts", physiquement parlant..

Le ton du vampire carnivore changea, on pouvait sentir l'inquiètude et la plainte qu'il éprouvait, en lui annonçant qu'il ne voulait pas tuer cet humain.
"Je ne veux plus..." Hope inclina la tête, arborant un air qui exprimait son incompréhension. Une vampire ne voulant pas tuer ? C'était étrangement anormal. Soit on était un vampire, soit on était végétarien ; mais être un vampire qui ne veut pas tuer sonnait d'une bien singulière façon...

Le temps qu'elle s'interroge à ce sujet, Sett avait bondi sur la jeune vampire, la serrant d'une force hérculéenne. Il lui avait alors demandé ce que lui ferait sa famille s'il la tuait... Un éclat de terreur brilla certainement dans les yeux de Hope à cet instant. C'était d'ailleurs étrange, car bien que Sett fut un vampire carnivore, dangereux, etc. ; il avait en quelque sorte gagné la confiance de la jeune vampire qu'il tenait en cet instant...
Face à lui, elle s'en serait peut-être sortie, mais bien amochée... Une autre interrogation se posa alors : Sett avait-il bien laissé entendre qu'il cherchait à mourir ?
Alors, il la lâcha, reculant, s'éloignant de la jeune femme.

Ce vampire était décidemment pour Hope bien difficile à cerner ; elle essayait en vain de comprendre tous les paradoxes qui faisaient cet étonnant personnage...
C'est avec une expression d'incompréhension totale qu'elle le regarda tourner les talons, déclarant qu'il s'en allait.


" Sett... " Ce murmure inaudible émana de la jeune vampire, restant à l'endroit où elle se trouvait, penaude. Elle ne savait pas si elle devait le retenir, continuer à chercher qui il était vraiment, ou le laisser partir.
Le temps de cette réflexion, le vampire avait déjà parcouru quelques dizaines de mètres, et Hope elle, se tenait toujours au milieu de la clairière, le regard perdu.
Décidemment cette rencontre était bien singulière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cold Blood
Maitre du jeu
avatar

Messages : 118

Fiche personnage
Age du personnage:
Don (vampires):
Relations:

MessageSujet: Re: « Au clair de lune.. » (PV. Sett)   Dim 4 Avr - 14:14

Topic terminé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cold-blood.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Au clair de lune.. » (PV. Sett)   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Au clair de lune.. » (PV. Sett)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Edition Clair de Lune
» Un rendez-vous au clair de Lune [PV Melody]
» Pratiquant la magie au clair de lune...
» [UploadHero] La Septième compagnie au clair de lune [DVDRiP]
» Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cold-Blood :: La forêt :: Les sentiers-
Sauter vers: